Select Page

Les meilleurs romans de la rentrée

Les meilleurs romans de la rentrée

Comment choisir son livre parmi les quelque 600 romans de la rentrée littéraire ? En s’adressant à quelqu’un qui les lit depuis des mois, dort avec, part en vacances avec, donc à une librairie indépendante pardi ! Florence et Émeline des Beaux Jours nous parlent des romans sur lesquels elles ont craqué.

Ça raconte Sarah, de Pauline Delabroy-Allard (Minuit, 15 €), la seule parution des mythiques éditions de Minuit qui avaient lancé Marguerite Duras, est LE « vrai vrai gros coup de cœur » de Florence. « C’est le récit d’une passion amoureuse incandescente entre deux femmes pour qui la situation est inédite. Ce premier roman révèle la beauté du monde magnifiée quand on est avec l’être aimé et sa persistance scandaleuse quand on l’a perdu. L’écriture est musicale, rythmique, d’une maîtrise incroyable. C’est une entrée en littérature fracassante. » 

 

Florence a aussi bien accroché avec le nouveau Maylis de Kerangal, Un monde à portée de main et avec Isidore et les autres, de Camille Bordas (Inculte, 19,90 €) : « L’auteure a publié son roman en anglais puis l’a adapté en français. Isidore, 11 ans, a cinq frères et sœurs brillants mais qui sont un peu handicapés sociaux. Lui n’est pas surdoué mais a une grande capacité d’empathie… C’est un roman doux-amer, que les critiques américains ont comparé à Salinger. » Une référence waouh, comme dirait Holden Caulfield.

 

Émeline, elle, s’est passionnée pour Helena, de Jérémy Fel (eds. Rivages, 23 €), « un roman noir qui se passe dans le Kansas, dans une ambiance caniculaire, moite, entre Stephen King et David Lynch ». « C’est flippant, ça met mal à l’aise, mais c’est addictif ». Florence s’est même relevée pour regarder la télé de peur de faire des cauchemars. « Le livre raconte jusqu’où une mère peut aller pour sauver son enfant qui éventre des chiens. » Et jusqu’où une libraire peut aller pour vous aider à choisir un livre, le savez-vous ?

PRÉSENTATION !

LES BEAUX JOURS, c’est une librairie généraliste indépendante ouverte par Florence Andrieu en 2011 avec l’ambition de créer « un refuge, une librairie, pas un magasin avec le top des ventes sous les néons ». Dans tous les domaines (roman, jeunesse, sciences humaines, bande dessinée), elle fait des choix axés sur la création et l’audace : « ça ne sert à rien d’écrire si on ne remet pas en question l’ordre établi ». Laissez-vous saisir par l’inattendu et la découverte.

18, avenue de la Marne à Tarbes. Ouvert du mardi au samedi, de 10 h à 12 h 30 et de 14 h à 19 h.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Yvette dans les bacs

LES AMIS D’YVETTE

#12 (sept 19) Tattoo

#11 (juin 19) Têtes de vainqueurs

#10 (juin 19) Hé toi l’ancêtre !