Select Page

Reprenez vraiment votre voiture en main

Reprenez vraiment votre voiture en main

La voiture autonome, c’est pour demain paraît-il. Mais si la véritable autonomie, c’était de reprendre sa voiture en main, comme le dit un slogan bien connu ? Et si on cessait nos jérémiades au premier devis de garagiste et qu’on se sortait les doigts… pour les mettre dans le cambouis ? C’est ce que veut nous faire comprendre le garage associatif et participatif Le Cardan, à Bagnères, qui inaugure cette rubrique destinée à s’informer sur les solutions pour apprendre à se démerder, seul ou collectivement.

Il a coulé une bielle

Vous voyez Hagrid ? Vous lui coupez vite fait les cheveux et la barbe et vous lui trempez les mains dans le cambouis, vous obtenez Rémi Reidenbach, créateur du Cardan. S’il a fondé ce garage participatif, c’est d’abord par goût de la mécanique, à l’opposé de ce qu’il a vécu dans sa vie professionnelle : « J’ai connu des garages c’était l’usine, les mecs couraient pour faire du chiffre et j’avais l’impression d’arnaquer le client. J’en étais venu à avoir une sale image d’un truc que j’adore. » De quoi péter une durite en effet.

Pas de piston

Pour lancer le garage participatif dont il rêvait, Rémi n’a pas été aidé : pas d’apport financier, c’est impossible, monsieur. « C’est en donnant un coup de main sur Alternatiba en 2015 à Bagnères que j’ai rencontré des gens motivés. On a lancé une souscription pour l’achat de matériel puis on s’est installé au Tiers-Lieux en Bigorre qui se montait sur la zone Soulé avec ce même état d’esprit associatif et solidaire. » Le garage ouvre en mai 2016. « On a montré que les gens pouvaient se fédérer et se débrouiller. » Avec ses 400 adhérents, il faut aujourd’hui patienter trois semaines pour faire une grosse réparation. Depuis février 2017, un deuxième salarié épaule Rémi, Amar, mécanicien irakien réfugié.

Et les projets solidaires ne s’arrêtent pas là : « On travaille sur de l’autopartage pour faire des locations à prix dérisoire destinées aux personnes bénéficiaires des minima sociaux, pour qu’elles puissent aller passer un entretien d’embauche par exemple. »

Engrenage

On parle, on parle, quand un stagiaire arrive avec un démarreur qu’il a remis en état. Rémi explique : « Au lieu d’en mettre un neuf, on remplace ces trois petits charbons dont l’usure est normale, ça coûte 5 ou 6 euros. On travaille comme il y a 50 ans. » Le goût de la mécanique, la vraie, lui a été donné par un prof de l’AFPA dans les Vosges. « Il nous disait : « On ne vous forme plus à réparer mais à remplacer ». Toute mon année de formation, je l’ai passée à désosser et à remonter mon vieux combi’. Il fallait qu’il soit prêt pour que je rentre chez moi. J’ai appris à l’ancienne, on n’avait pas le droit d’utiliser l’air comprimé parce qu’il fallait acquérir la force nécessaire. »

Transmission par Cardan

Un savoir-faire qu’il fallait impérativement transmettre : « Il allait disparaître. Et puis le côté prof est plutôt cool. Pour l’adhérent, faire par soi-même procure une grande satisfaction. » Car comme le reste, l’informatique ou l’alimentation, « les voitures, il faut se les réapproprier en apprenant à faires les réparations, l’entretien. Tu viens ici, tu vois comment ça fonctionne, tu fais par toi-même. Avec l’évolution des voitures, on a de plus en plus une impression d’invincibilité, là tu vois la pièce morte et tu comprends pourquoi il faut la changer. Tu sais ce que tu paies et tu repars content de ne pas avoir été pris pour un gamin qui ne connaît rien à rien. »

Passée l’adhésion annuelle de 20 euros, le Cardan propose trois formules, soit on laisse son véhicule comme dans un garage classique, soit on travaille sur son véhicule en complète autonomie, pour les experts, soit, et c’est la formule phare, on travaille en coopération avec le garagiste salarié (formule apprentissage).

Et l’avenir du véhicule individuel alors que la catastrophe environnementale est à nos portes ? « Il n’y a pas de bon système, la seule solution, c’est de consommer moins. La démarche qui me semble la plus écologique, c’est de réparer sa voiture et la faire tenir le plus longtemps possible. »

About The Author

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Yvette dans les bacs

LES AMIS D’YVETTE

#12 (sept 19) Tattoo

#11 (juin 19) Têtes de vainqueurs

#10 (juin 19) Hé toi l’ancêtre !