Select Page

Le grand prix de la BD d’Angoulême pour la créatrice de « Ranma ½ » et « Juliette je t’aime »

Le grand prix de la BD d’Angoulême pour la créatrice de « Ranma ½ » et « Juliette je t’aime »

Le genre de nouvelle qui fait plaisir un matin au réveil. Rumiko Takahashi couronnée par le Grand Prix à Angoulême. Après celui de Katsuhiro Otomo (le créateur d’Akira) en 2015, son sacre consacre (!) le manga comme un genre majeur en Occident. Les mangas, adaptés en anime, diffusés dans le Club Dorothée, ont marqué toute une génération. Takahashi, c’est de l’humour complètement débridé, qui n’hésite pas à montrer quelques bouts de tétons. Retour sur une carrière validée par Yvette. Et soulignons, que c’est seulement la deuxième fois, après Florence Cestac en 2000, qu’une femme reçoit ce prestigieux prix !

 

Urusei yatsura (Lamu)

Lamu est une extra-terrestre venue conquérir la Terre. Pour cela, elle doit battre en duel un représentant terrien, en la personne du lycéen Ataru Moroboshi. Pour toucher l’une des cornes de cette jeune fille qui vole et ainsi sauver la Terre, Ataru finit par lui subtiliser son soutien-gorge. Mais Lamu comprend qu’ils sont unis, Ataru devient son « darling » qu’elle ne quitte plus. Leurs aventures loufoques amènent la bande de lycéens (composée également de Shinobu, dont Ataru est amoureux, et Mendo, un grand bourgeois) à déjouer des situations paranormales. C’est souvent le même schéma dans les œuvres de Takahashi : des lycéens, un triangle amoureux et un incorrigible obsédé sexuel (Ataru est toujours à se prendre des rateaux ou à essayer de s’infiltrer dans le vestiaire des filles).

Maison Ikkoku (Juliette je t’aime)

Godai, jeune étudiant raté, voit une superbe concierge, Kyoko, une jeune veuve, arriver dans la pension qu’il était sur le point de quitter. Leur histoire d’amour est sans cesse empêchée par les insupportables voisins qui passent leur temps à malmener Godai et à faire la fête jusque dans sa chambre (Mme Ichinose, bien qu’elle ait un jeune fils, passe son temps à boire et à danser avec son éventail). Il y a aussi Mitaka, un riche professeur de tennis son rival. Maison Ikkoku est une hilarante comédie sentimentale pleine de quiproquos.

Ranma ½

Peut-être le plus connu des mangas de Rumiko Takahashi, Ranma est un adolescent entraîné aux arts martiaux par son père irresponsable. Tombés dans des sources sacrées, Ranma se transforme en fille au contact de l’eau et son père en panda géant. Ils sont accueillis par la famille Tendo, dont la plus jeune fille, Akane, a été promise à Ranma alors qu’ils étaient enfants. Les deux se détestent cordialement. Ranma, c’est un nombre incalculable de personnages délirants : Shampoo, une jeune chinoise amoureuse de Ranma, avec sa grand-mère sorcière, maître Happosai, le maître en arts martiaux des deux pères, qui passe son temps à voler des sous-vêtements, et Ryoga, le rival de Ranma qui se transforme en petit cochon au contact de l’eau (P-chan).

Inu-Yasha

C’est une grande fresque médiévale et fantastique. Kagome, une jeune lycéenne d’aujourd’hui se retrouve à l’époque des démons. Elle part à l’aventure avec Inu-Yasha un bâtard mi-homme mi-démon chien. Ils doivent retrouver les morceaux dispersés de la Shikon-no-tama, une perle aux pouvoirs incommensurables, recherchée par un méchant qui est le mal à l’état pur. Là encore, la fresque est émaillée d’humour et de personnages caricaturaux, comme le faux moine tripoteur…

Récemment Rumiko Takahashi a créé Rinne. Ce personnage est un passeur d’âmes doublé d’un lycéen très pauvre, abandonné et arnaqué par son père, qui rencontre une fille qui paraît avoir certains pouvoirs, notamment celui de voir l’autre monde. L’anime est interrompu à la troisième saison. Yvette attend la suite avec impatience !

About The Author

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Yvette dans les bacs

LES AMIS D’YVETTE

#12 (sept 19) Tattoo

#11 (juin 19) Têtes de vainqueurs

#10 (juin 19) Hé toi l’ancêtre !