Select Page

EUCLIDE CONSEIL – VIENS VOIR LE DOCTEUR, NON N’AIE PAS PEUR

EUCLIDE CONSEIL – VIENS VOIR LE DOCTEUR, NON N’AIE PAS PEUR

Sans aller jusqu’à faire sa Camelia Jordana, qui se plaint sans arrêt de la France, il faut quand même bien avouer que chez nous, on a un léger problème avec l’argent. Être discret c’est bien, avoir honte de bien gagner sa vie, ça craint. Sujet tabou. Les célébrités qui acceptent sans sourciller de révéler leur salaire se comptent sur les doigts de la main. Au même titre que ses convictions politiques ou que la mort, on n’en parle pas ou très peu. Le pèze, la thune, l’oseille, le cash, la moula, la maille… chez Euclide Conseil gestion de patrimoine, pas de complexe mais pas de cliché non plus : oui on a le droit d’avoir de l’argent et de s’en occuper et non, pas besoin d’être riche pour avoir recours aux conseils avisés d’un expert. Jean-Marc Barbé, le boss d’Euclide, c’est un peu le docteur de ton portefeuille, parce que même lui il peut tomber malade. Celui d’Yvette, il est même parfois à l’agonie. Allô ? Docteur… c’est grave ?

Il y a tout pile un quart de siècle, Jean-Marc Barbé se lançait dans l’aventure Euclide. Après des années passées dans le domaine des banques d’affaires et des assurances, il eut envie d’autre chose : « J’étais sur Pau. L’approche pratiquée dans mon travail n’était pas celle que je souhaitais pour mes clients. Je voulais plus de conseil, de stratégie, de suivi… et aussi plus d’humain ». Jean-Marc passe donc des formations et des certifications puis installe Euclide Conseil à Tarbes, sa ville d’origine. Pourquoi Euclide ? C’est le père des mathématiques. « En 95, je me suis tout d’abord installé cours Gambetta. Et puis en 98, on est venu ici, à Aureilhan ».

Pour Jean-Marc Barbé, qui est parti avec son réseau et ses clients, le succès est au rendez-vous. Il ouvre donc une agence à Saint-Gaudens, puis une autre à Toulouse. Son équipe aussi s’est étoffée : « Au début oui j’étais seul. Très vite, Christelle Mancel m’a rejoint ! Elle est là depuis 20 ans. Puis ce fût Hélène Dupuy qui est là depuis 15 ans. Enfin, Maeva et Aurore sont arrivées voici bientôt 4 ans. Je les remercie ». Euclide, aujourd’hui, c’est donc Jean-Marc Barbé et 4 collaboratrices. « Bien entendu, en 25 ans, on ne fait pas toujours les bons choix. Mais je suis fier du chemin parcouru. Nous sommes sérieux, rigoureux et constants. C’est hyper important dans ce métier ».

 

Gagner de l’argent et éviter d’en perdre

Alors oui parlons-en de ce métier. À quoi ça sert concrètement un gestionnaire de patrimoine ? « Nous sommes un réducteur de risque. Nous sommes là pour faire gagner de l’argent bien sûr mais aussi pour éviter les pertes ! Il y a cinq raisons majeures qui poussent les gens à faire appel à nous : la retraite, les placements financiers et immobiliers, la transmission du patrimoine, la cession des entreprises et l’optimisation fiscale ». Face à ces grandes questions, Euclide Conseil possède tout un éventail de réponses. Ce qui compte, c’est qu’il s’agisse de celle qui vous correspond. Comme un bon docteur, on te donne pas du Doliprane pour soigner un ulcère. « Quels sont vos besoins ? Quels sont vos objectifs ? Si vous avez trois enfants, un vendeur de voiture ne va pas vous proposer une Mini… Notre approche est basée sur les besoins, pas sur les produits que l’on peut proposer ». Info importante les amis : pas besoin d’être millionnaire pour pouvoir pousser la porte d’Euclide Conseil. « On s’occupe de l’épargne, des stratégies de retraite… il existe des choses simples et adaptées à tous les revenus. La gestion n’est absolument pas réservée aux riches ».

Une relation de confiance

Là où l’allégorie du « docteur portefeuille » prend à nouveau tout son sens, c’est sur l’aspect humain et psychologique lié à la gestion de ses biens et son compte en banque : « Chaque individu a un rapport et des conceptions différentes vis à vis de l’argent. Il faut savoir prendre le pouls et être pédagogue pour faire passer la pilule. Si vous transpirez et paniquez quand vos actions baissent de 2 %, c’est que ce n’est pas fait pour vous. Il y a un véritable lien affectif et de confiance à créer comme entre un médecin et ses patients. Cela se bâtit sur le long terme ». Voilà pourquoi Jean-Marc Barbé travaille avec certains depuis 1987 : « Certains de mes clients pour qui j’ai travaillé sont décédés, j’ai donc ensuite géré la succession avec les enfants, qui ont fait appel à mes services et ils ont aujourd’hui eux-même des enfants… ça ne rajeunit pas tout ça ! Ce métier nous plonge dans les secrets de famille. Je sais certaines choses que même les enfants ignorent parfois ».

OK mais perso, pour avoir confiance, faut que je connaisse un peu plus la personne… qui êtes-vous Jean-Marc ? « J’ai deux grands garçons et non je ne gère pas leurs revenus ! Nul n’est prophète en son pays. Je suis un passionné de moto et de motos anciennes. Je les pilote et je les collectionne. Je fais occasionnellement du golf. J’aime les voyages et le vin. On peut dire que je suis un épicurien ». Du golf, des voyages, du vin… Bon bah ça y est, Yvette a confiance.

Une nouvelle corde à leur arc

« Avec le cabinet Cap Cession, qui propose des services d’accompagnement 360° en lien avec le monde de l’entreprise, nous mettons en relation et accompagnons les cédants et repreneurs de fonds de commerce et d’entreprises.

Un accompagnement complet grâce à une maîtrise globale des principaux aspects techniques, liés à la transmission d’affaires pour développer les chances de réussite de la transaction.

Il s’agit d’un réseau où la pluridisciplinarité fait la force. C’est pourquoi Cap Cession, s’est associé avec plusieurs professionnels, pour créer une véritable synergie. Euclide Conseil, développe cette nouvelle activité, en exclusivité, sur la Haute-Garonne (31), les Hautes-Pyrénées (65), le Gers (32) et l’Ariège (09). »

 

About The Author

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Yvette dans les bacs

#26 (fév. 21) Rencard sur le Boulevard

#25 (jan. 21) Horrorscope 2021

#24 (déc. 20) Ô capitaine, ma capitaine (Céline Dumerc)